Chapitre cinquième : Le nouveau monde

Le « dernier argument des rois », a craché sa poudre et ses ogives sur le visage de notre nation. Ces hommes, embrigadés dans une idéologie remplie de haine et de sang, ont déferlés sur notre terre, la terre d’Euthéria.

Oh vous le savez, si nos soldats n’ont pas manqué de vaillance, de courage, et de stratégie, ils ont manqué d’individus. Le nombre a eu raison de la démocratie. Du-moins, nous le pensions, sur le vieux continent.

Les citoyens ont en effet, grâce à nos généraux et leurs préposés, pu poser le pied sur une nouvelle terre, une terre vierge qui est devenu notre terre libre. La paix est revenue, notre civilisation moderne à repri le contrôle. Les gratte-ciels ont fleuri sous le soleil de notre capitale, Seimukyo. D’autres villes ont marqué le sol de notre terre de leurs empreintes, Fortlingrad, Alaîtas, et Porto-bella. Le commerce, quoique fluctuant c’est développé et notre vie a repris son cours, au point que la majorité d’entre nous avons presque oublié les terribles évènement de notre passé.

Une majorité donc ? Oui, mais pas tous. Car des tentions internes ont provoqué un déchirement de notre pays. Fallait-il mettre notre industrie renaissante au profit de la reconquête du vieu monde? Ou fallait-il se contenter de ce que nous avions produit ici?

Cette question a conduit notre peuple à se diviser, et notre pays est devenu une fédération. Nous avons continué à vivre dans ce nouveau régime, mais cette question était sans-cesse remise sur la table. Et les citoyens d’Euthéria se sont senti divisés comme jamais il ne l’ont été. Nombreux sont ceux qui sont nés dans des États mais ont été privé du droit d’en changer. Et même s’ils pouvaient coopérer entre eux, les joueurs n’ont que très peu entreprit de grand projets commun. Sauf peut-être ces hommes fou mais rêveurs qui ont fondé le petit village Billycity entre deux Etats.

De cette faiblesse, nos ennemis ont eu vent. Les voila qui mettent « pleine voile » vers notre terre. Nous sommes attaqués, nous le savons, et nous allons devoir nous défendre. Nous sommes au pied du mur.

FIN DE MINE-SOCIETY SAISON 2